Ligne Maginot , Fortifications Belges et un peu de tout

Ligne Maginot , Fortifications Belges et un peu de tout

2 - GUERRE 14/18 - VERDUN

Quelques vues des forts de la région de Verdun



Catégories

LES FORTS DE L'ESSEILLON (MODANE SAVOIE)

5 - Verdun Fort de Vaux

4 - Verdun Fort de Douaumont

3 - Verdun site 1

2 - Le camp Marguerre à Loison

1 - La batterie de Duzey

Feste de Guentrange 14/18 allemand


Photos / Images







Fort de Souville
Fort de Souville

Fort de Souville
Fort de Souville : Ce massif comprend en 1916 :
  • Le fort de Souville : situé, à la cote 388 (altitude identique à celle du fort de Douaumont), il est construit de 1875 à 1879 en moellons de calcaire recouverts de 3 à 5 mètres de terre. Les fossés qui l'entourent ont des escarpes et contrescarpes maçonnées dont le flanquement est obtenu au moyen de caponnières armées de canons-revolvers et de canons de 12 à culasse. L'ensemble est entouré d'un réseau de fils de fer porté à 30 mètres d'épaisseur en 1889. C'est un fort de la "première génération" de la ceinture Séré de Rivières, du même type que ceux de Belleville, de Saint Michel, de Tavannes.
    Il est renforcé à partir de 1888 de 2,5 mètres de béton sur le magasin à poudre avec interposition d'une couche de sable de 1 mètre d'épaisseur. On maçonne les galeries de communication à l'intérieur et on établit 6 abris de 18 mètres sur 5, protégés par une couche de 8 mètres de blocs de roc et de marne compacte mélangée à de la pierraille.
    Le fort dispose d'un central téléphonique de secteur, de deux circuits souterrains sous plomb le reliant au fort de Douaumont et à l'ouvrage de Thiaumont, plus des réseaux aériens vers d'autres forts et le central de la citadelle de Verdun. Avant le début du conflit, des liaisons sont prévues avec la place forte de Longwy, à plus de 35 km à vol d'oiseau, au moyen d'un système lumineux utilisable par temps clair.

  • Fort de Souville
    Fort de Souville

    Fort de Souville
    Fort de Souville

    Fort de Souville
    Fort de Souville



    Casemate Pamart
    Casemate Pamart : Mises au point au cours de la guerre par le commandant Pamart en service au fort de Génicourt, ces casemates pour mitrailleuses furent construites et implantées en pleine guerre à partir de 1917 pour renforcer la puissance de feu d'un certain nombre de forts et assurer leur défense rapprochée.
    En 1917, trois casemates de ce type sont installées sur les pentes du fort de Souville pour la défense rapprochée sur les glacis. elles pèsent chacune 2,5 tonnes pour un blindage de 14 centimètres.
    Chacune d'elles est dotée de deux mitrailleuses sur affût avec un champ de tir (160 degrés) inférieur à celui de la tourelle de mitrailleuses modèle 1900 (360 degrés) dont deux sont visibles sur l'ouvrage de Froideterre.
    La casemate Pamart est non éclipsable, mais ses dimensions et son poids la rendent en revanche plus facile à construire et à mettre en place par les moyens de campagne dans le terrain bouleversé de la bataille de Verdun. Elle est aussi plus fiable que tourelle à éclipse, souvent bloquée par des gravats projetés lors des explosions d'obus.
    La casemate Pamart comporte deux créneaux au ras du sol ou presque, pouvant être obturés par des tampons métalliques. A l'intérieur, deux mitrailleuses Hotchkiss superposées tirent alternativement. L'une est engagée dans un des deux créneaux lors du tir, tandis que l'autre est en attente au-dessous. Par simple rotation, le tireur fait permuter les armes successivement.
    Le canon de la mitrailleuse en cours de tir fait saillie de 30 centimètres du créneau.
    Un ventilateur maintient un air respirable à l'intérieur de la casemate en refoulant à l'extérieur les gaz de combustion.
    Certaines casemates comportent deux orifices en toiture, avec obturateurs, pour la mise en oeuvre d'un périscope d'observation.

    Casemate Pamart
    Casemate Pamart

    Casemate Pamart
    Casemate Pamart

    Casemate Pamart
    Casemate Pamart

    Casemate Pamart
    Casemate Pamart

    Fort de Douaumont
    Fort de Douaumont : Construit entre 1885 et 1887, à 2 km à l'est du village de Douaumont, sur le point culminant (388 m) des côtes de Meuse, le Fort de Douaumont le plus formidable des forts de la ceinture de Verdun que le Konprinz appelera "le pilier angulaire nord-est des fortifications permanentes de Verdun". Son édification ayant évoluée en tenant compte des nouvelles normes défensives suite aux progrés des explosifs, il pouvait résister aux bombardements des plus gros calibres.

    Fort de Douaumont
    Fort de Douaumont :   J’accepte tout vos commentaires pour la description du fort, merci a vous tous